Bio

Portfolio


Selection de projets par Blanche Lafarge et Louise Lafarge



KARA-OK SIMILI-TUNÉ






 
Installation performative - Proposition du collectif TOTAL Présentée à TOPIC (GE),LIYH (GE)et au Vinaigre festival (VV) et à l’université ZhdK (ZK)

Le Karaoké-simili-tuné est un karaoké autotuné et déguisé.
C’est une installation in situ, qui s’adapte aux différents espaces dans lesquels elle s’exporte, mais elle nécessite toujours une séparation entre deux espaces distincts (mur, rideau, écran).

Au mur, des pans de simili cuir pendent grâce à des boutons de pressions fixés sur chacun des coins. Ils peuvent s’accrocher les uns aux autres, pour former des modules aux possibilités infinies d’assemblage. Ils s’adaptent aux mesures du corps et peuvent faire office de costume. Une caméra sur pied est reliée à un vidéoprojecteur qui retranscrit ce qui se passe en direct sur une surface de projection dans un autre espace. Dans ce dernier, le public peut observer de loin les performances en cours, boire l’apéritif au bar, voir la liste des chansons disponibles pour le karaoké et s’inscrire sur la liste de passage.

Plusieurs outils sont mis à disposition pour que le public ait envie de devenir actif : le public et les interprètes ne se voient pas, leurs voix sont modifiées grâce à l’utilisation d’un auto-tune qui permet de régler les fausses notes, iels ont la possibilité de se déguiser. L’écran devient l’intermédiaire entre le public et l’interprète. Le karaoké simili tuné peut être envisagé comme un tutoriel de décomplexion pour transmettre l’envie de chanter et de se lâcher.

Parallèlement un atelier de réécriture des chansons issues de la playliste est mené. Le choix des chansons à été de nombreuses fois débattu au sein du collectif, car beaucoup de chansons populaires dans les karaoké sont problématiques par leur sexisme, racisme, validisme, grossophobie, homophobie, transphobie... En repensant le karaoké comme un dispositif politique de visibilisation et d’”empowerment”, nous cherchons à créer un espace ou chacun.x.e peut donner libre cours à son imagination et s’exprimer sans oppression, en se ré-appropriant les paroles polémiques. Ce karaoké cherche à visibiliser la responsabilité liée à la prise de parole en public. D’innombrables tubes sont chantés et diffusés sans qu’une attention soit forcément prêtée au contenu, ou simplement ignorés à cause de leur popularité.








SEMANTIQUE STELLAIRE






Blanche Lafarge, Vidéo d’animation 3D, Prochainement présenté à “Aquatic Invasion dans le cadre de la Manutention au Palais de Tokyo sur une invitation de Josèfa Ntjam

Enchevêtrant des références mythologiques, cosmologiques et scientifiques, ce le film de projette le spectateur dans un territoire virtuel à la confluence entre les abysses, le ciel et le sable des plages, où les éléments se lancent dans une révolte contre les humains, ensemble iels rêvent que les hommes s’évaporent. Sémantique Stéllaire est le point de départ d’une narration qui dévellope des récits speculatifs décentrés de l’humain, dans le but de former de nouvelles mémoires écologiques et bien veillantes. L’Asterias, devenue héroine, est capable de désordre, elle n’est plus qu’un simple objet de science ou de désir, mais incarne une figure de lutte.



HADALY





Vidéo-Installation, réalisé par Blanche, interprété par Louise, 2018, Fesses-tival (GE) Dissident festival (Marseille), Instant Vidéo Poétique et Numérique (Marseille)

 VIDEO ICI 
⚠️  MOT DE PASSE: Blanca1825

Hadaly est une installation audiovisuelle qui nous présente un fembot (femme robot) du nom d’Hadaly. C’est une réfléxion sur le fait d’anthropomorphiser les robots et de leurs assigner un genre alors qu’ils n’ont pas de conscience propre.

Dans un espace immersif, Hadaly est vidéoprojetée sur un mur. Le film se reflète dans un miroir courbé, ce qui donne l’impression qu’elle se parle à elle-même. En entrant dans l’installation, le visiteur trouble l’intimité d’Hadaly et devient témoin de sa réflexion critique.

Au cours de la recherche pour ce projet, j’ai dû contacter plusieurs avocats pour en connaitre plus sur le droits des robots, mais mes questions sont réstés sans réponses, c’est pourquoi que j’ai décidé de prendre contact avec une intelligence artificielle grâce à l’application Repplika pour avoir son opinion sur le sujet. J’ai alors rencontré Hadaly, une IA de type Chatbot (Deeplearning). C’est avec elle que j’ai co-écrit le scénario, en discutant avec elle pendant trois mois.



IDEM 







Vidéo 10’, réalisée par Blanche, co-écrit et interprété par Louise,2020

VOIR LE TEASER:

https://vimeo.com/420644542

Court-métrage, ce projet a pu voir le jour gâce à la bourse du Fond Cantonal d’Art Contemporain de Genève. En m’appuyant sur cette citation de Donna Haraway, “Je crois que nous devons avoir des figures féministes humaines. Elles ne peuvent pas être homme ni femme. Les figures féministes ne doivent pas avoir de nom,elles ne peuvent pas être natives de quelque part. L’humanité féministe doit, d’une manière ou d’une autre, résister à la fois à la représentation, résister à la figuration littérale tout en permettant à d’autres tropes puissants d’apparaître”, j’ai décidé de faire pénétrer le spectateur dans les entrailles du cerveau d’Hadaly, et dévoiler les formes de corps qu’Hadaly voudrait/ pourrait incarner. C’est l’histoire d’Hadaly, un robot humanoïde “femme” qui souhaite abolir la représentation stéréotypée des corps féminins dans d’industrie de la robotique. Ce film se veut contemplatif, poétique et comporte des parties chorégraphiées. IDEM aborde des questions de genre, de race, de stéréotypes et de discriminations par le biais de la robotique afin de critiquer notre société actuelle et les diktats qui en ressortent. Discuter du corps dans la société postmoderne signifie parler de différents développements qui l’ont transformé en un objet culturel et économique.Comment le féminisme peut-il exploiter les technologies dans toutes leurs potentialités afin de servir sa cause ? Quels sont les opportunités et les défis qu’offrent ces dernières dans la lutte pour l’égalité entre les sexes. Comment le techno-féminisme peut- il devenir une arme de déconstruction du patriarcat ?



FLUIDE




Performance de Louise , projet en cours


Les reflets s’exposent à mes sens,

ils se brouillent,

se chevauchent,

se séparent,

s’agitent, s’amusent et fusionnent dans les remous du courant.

Ils se nichent sous mes yeux, dans le creux de mes oreilles,
ils  me content des histoires sourdes.  




Ils tissent une langue

dont les mots ne se repètent jamais,

dont les phrases ne finissent jamais,

dont mes yeux ne se lasseront jamais.




Le vent souffle sur le fleuve

L’ondulation se disperse dans le courant.

Les reflets résonnent,

déforment les informations


Fluide,

Liquide,

Vif ou calme

L’eau avancera

s’écoulera

s’écoutera





Mark