Bio



RECHERCHES PLASTIQUES







Au delà de l’Aniakea s'étend la toile cosmique  

Ses fibres évitent les vides, esquissent les contours d’une matière noire.


Mes neurones aussi s’étreignent,

s'immiscent dans le cyberespace

génèrent des hyperliens


Oui,

ma peau est trouée de songes


dans l’interstice de mes blessures,

se nichent des désirs indociles


Depuis mes fenêtres ouvertes sur internet,

j’observe les parois du monde IRL et les cascades en pleurs,
je cherche des passages sous nos paysages. Je rêve de fluidité.





Sous les plis naissants de mes peaux virtuelles commence la métamorphose

je n’aurais donc jamais fini de devenir moi même

je mute

inlassablement,

comme une fractale sans fin


Je m’invente un corps holométabole, car il est l’heure

Il me semble

de considérer nos différences.


La dernière aventure humaine sera numérique,

et elle commence ici,


entre nos corps encodés.


j’avance

dans les méninges de la mémoire RAM

où s’épanouit l’or-norme.



Que vais-je te confier, une fois que nos sauvegardes seront en ruines ?

Si les codes-sources s’assèchent, il restera sûrement nos larmes.





Mark